cauchemar terreur nocturne

Sommeil de l’enfant : la différence entre cauchemar et terreur nocturne

Les cauchemars et les terreurs nocturnes sont deux troubles du sommeil très différents. Aujourd’hui, on vous aide à faire la différence.

Les cauchemars

Ils surviennent parfois à partir de l’âge d’un an et plus souvent à partir de 18 mois. Et si ce sont de mauvais moments à passer pour bébé, ils sont indispensables à son équilibre mental. C’est en effet un moyen pour lui de déculpabiliser et de libérer leurs désirs inconscients.

Quand ces cauchemars surviennent, il ne faut pas hésiter à rassurer votre enfant en lui expliquant patiemment qu’il ne s’agit d’un mauvais rêve et que ce n’est pas la réalité.

Les terreurs nocturnes

Contrairement aux cauchemars qui résultent d’une anxiété passagère, les terreurs nocturnes sont plus graves et peuvent cacher une angoisse véritable. Survenant généralement au début de la nuit, elles peuvent être particulièrement impressionnantes.

L’enfant hurle, transpire et son rythme cardiaque s’accélère pendant qu’il dort. Et s’il a les yeux ouverts, cela ne signifie pas qu’il est réveillé et que la terreur nocturne a disparu, alors évitez de le réveiller. C’est en effet un état qui se rapproche du somnambulisme.

Sachez en tout cas que les terreurs nocturnes sont plutôt rares et pas du tout dangereuses. Elles peuvent survenir lors de différentes causes comme une grande fatigue, des changements dans le quotidien ou lors de siestes. Cela peut aussi arriver quand votre enfant est malade et fiévreux.

Pour diminuer le nombre de terreurs nocturnes, vous pouvez allumer une veilleuse dans la chambre de votre enfant, au moins durant la première moitié de la nuit. Ne manquez pas non plus ces instants de lecture avec votre enfant avant qu’il ne rejoigne les bras de Morphée.

Mais si ces terreurs nocturnes se répètent trop souvent, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.