fbpx
Actualités
Bébé prématuré : comment s'en occuper ?

Bébé prématuré : comment s'en occuper ?

Lorsqu’un bébé naît avant la 37ème semaine de grossesse, on parle d’accouchement prématuré. C’est une crainte que partagent toutes les futures mamans et pour cause, le risque de complications est plus important dans cette situation, selon le niveau de précocité de la naissance.
Des dispositifs de soins particuliers doivent alors être mis en place dès le retour à la maison.
Cet événement peut-être une source de stress et d’inquiétudes, notamment parce qu’il fait suite à une hospitalisation et une séparation à la naissance, pour protéger ce petit bout.
Vous trouverez ici quelques conseils pour faciliter son accueil dans votre cocon.

Préparer le retour à la maison

Les médecins ont décidé que c’était le bon moment de vous laisser rentrer à la maison avec votre bout de chou. Avant le jour J, pour éviter tout stress, pensez à ces quelques détails :

  • Choisissez votre puéricultrice et votre pédiatre. Vous pouvez vous adresser à la Protection Maternelle et Infantile de votre quartier pour être conseillés.
  • Préparez ses petites affaires (vêtements, accessoires…), bien évidemment adaptées à sa petite taille.
  • Profitez des derniers moments de détente, seuls avec vous-mêmes avant d’accueillir bébé à la maison !
  • Installez déjà le siège auto dans la voiture pour le jour J.

Vous êtes maintenant de retour chez vous ! Faire un petit tour avec votre bébé dans les bras lui permettra de le rassurer sur son environnement.
Ensuite, les maîtres-mots sont la tendresse et le calme ! Expliquez-le bien à toute la famille, limitez les visites et éloignez les animaux de compagnie.

S’occuper d’un bébé prématuré

Le nourrir

Un enfant prématuré a besoin de plus que du lait maternel pour grandir vite et prendre du poids. Il n’est pas rare que les médecins prescrivent des vitamines pour aider son petit corps à faire face.
Un professionnel de la santé saura vous guider quant à l’alimentation de votre bébé. Mais généralement un bébé prématuré doit être nourri entre 8 et 10 fois par jour. Si l’enfant n’est pas nourri pendant plus de 4H entre deux repas, il pourrait se retrouver en situation de déshydratation.

Empêcher les infections

Il est difficilement possible de protéger complètement bébé des microbes. Mais il y a bien quelques astuces à retenir pour qu’il reste en bonne santé.
Durant ses trois premiers mois, il vaut mieux qu’il reste à la maison et qu’il évite de se retrouver dans des environnements où se rassemblent beaucoup de personnes, car plus il y a de monde, plus il y a de microbes. On le répète, les visites à la maison sont donc également à éviter. Et bien sûr, chaque personne qui touchera bébé devra avoir les mains bien propres et éviter de s’en approcher si elle est malade.

Son sommeil

Si un bébé prématuré a tendance à dormir plus de temps qu’un autre bébé pour bien grandir, il se réveillera aussi bien plus souvent.
N’oubliez pas qu’il faut éviter de le coucher sur le ventre.

Quelles sont les conséquences de la prématurité ?

Plus bébé naît près du terme, moins les conséquences sont importantes. Il faut en principe 41 semaines pour que les fonctions vitales (respiratoires, digestives, neurologiques…) soient vraiment matures. Un enfant prématuré n’a alors pas atteint le même niveau de développement qu’un enfant né à terme.
Les problèmes respiratoires sont les plus fréquents, ce pourquoi une assistance par ventilation nasale ou par sonde est courante chez les prématurés. L’état respiratoire peut être amélioré par l’injection de corticoïdes avant la naissance chez la mère. Puis grâce au surfactant donné au bébé en réanimation qui va permettre la maturation pulmonaire.
Avant 34 semaines, bébé est nourri par une sonde car il n’a pas encore le réflexe de succion et ne peut coordonner déglutition et respiration.
Enfin, on établit une surveillance neurologique via un IRM pour repérer les éventuelles anomalies. Et s’il arrive que d’autres complications (rénales, hépatiques, digestives) puissent apparaître, nous pouvons être davantage rassurés par les progrès scientifiques qui ont permis une nette amélioration de la survie des grands prématurés.