Vers la fin des couches: la maîtrise sphinctérienne

Aujourd’hui nous vous proposons de parler d’une des grandes acquisitions de la petite enfance : la maîtrise sphinctérienne. Autour de 2 ans et demi / 3ans plusieurs critères de maturation sont nécessaires pour que le processus ait lieu.

  • La maturation neurophysiologique, c’est-à-dire être capable de se retenir et de ressentir la plénitude.
  • La maturation intellectuelle, lorsque l’enfant prend conscience de ce qu’il se passe dans son corps et de ce que l’adulte attend de lui.
  • La maturation affective, soit quand l’enfant arrive à se sentir en confiance et lorsqu’il a confiance en lui pour grandir.

    Nous pourrions résumer ces critères en trois actions : SAVOIR-POUVOIR-VOULOIR.

Comment savoir si votre enfant est prêt ?

-S’il va de lui-même au pot et s’assoit seul dessus.
-Se déshabille en partie sans votre aide.
-Si sa couche reste sèche pendant plusieurs heures.
-Le fait de monter et descendre des marches seul serait également un bon indicateur.
-Si votre enfant vous indique lorsque sa couche est souillée.
-S’il vous montre de l’intérêt à ce sujet à travers l’objet du pot en lui-même ou bien à travers des livres, poupon/doudou qu’il peut placer dessus….

Comment l’accompagner au mieux ?

-Permettre à votre enfant de bouger librement pour qu’il puisse identifier ses propres sensations.
-Lui proposer des jeux de transvasement pour lui permettre de prendre conscience que son corps est « comme un contenant » et qu’il reste entier même « lorsqu’il se vide ».
-L’accompagner par la parole : lui indiquer que lorsqu’il voudra il pourra aller aux toilettes/pot, nommer lorsque vous jetez la couche à la poubelle.

Une fois le passage aux culottes ?

-Être présent et verbaliser : Mettez des mots sur les actions et proposer lui d’essayer sans jamais le forcer.
-Valorisez l’action même lors d’un pipi dans la culotte.
-Prendre en considération le fait qu’un ou plusieurs oublis peuvent être humiliant pour l’enfant et qu’il souhaite reprendre confiance en lui en remettant une couche à cet instant précis.
-Faites-lui confiance et montrez-lui sur toute la durée de l’acquisition (Si votre enfant est prêt ne vous inquiétez pas pour les sorties à l’extérieur, chez des amis ou trajets en voitures ça se passera bien !)

Et si mon enfant met encore des couches à la rentrée ?

Malgré la pression exercée par l’école, il est important de prendre le temps d’en parler avec l’équipe enseignante et éventuellement l’ATSEM pour que tous soutiennent l’enfant dans cette acquisition.
Vous pouvez néanmoins proposer à celui-ci des couches culottes afin qu’il puisse être autant autonome que le reste du groupe.
Continuez de verbaliser avec lui, et surtout montrez lui toujours votre confiance et votre soutient même face à un discours dégradant à ce sujet.
Les conditions de cet apprentissage ont des conséquences sur le développement de sa personnalité dans sa globalité, alors la confiance reste le maître mot !