jeux de doigts

Jeux de doigts : pourquoi c’est bon pour nos enfants ?

Les jeux de doigts, jeux de mains, possèdent de telles richesses, qu’il ne faut absolument pas les laisser tomber dans l’oubli.
C’est toujours un moment très important entre l’enfant et l’adulte, chargé d’affection et de plaisir partagé.
On peut les utiliser à tout âge. Quand bébé s’assoit nos genoux, jusqu’à la maternelle où l’enfant découvre ces jeux en collectivité.

Faciliter l’adaptation d’un enfant en collectivité

Pour le petit enfant, ils peuvent servir de repère et le sécuriser lorsqu’il fait son entrée à la crèche ou à l’école.
Il associe les jeux de doigts à telle personne, qui le répète à chaque fois pour faciliter son adaptation.
À l’école maternelle, l’enfant est fasciné par l’atmosphère de calme et d’attention qui règne, la présence proche de l’enseignant et le contact avec ses camarades tous proches.

Dans ces jeux, l’enfant a toujours sa place, même s’il n’est pas nommé, il se reconnaîtra dans ses petits doigts qui bougent.
Et puis il peut devenir acteur lui aussi. À lui de trouver ses propres gestes, pour dormir, se réveiller, se sauver… Il peut aussi observer les gestes sans les faire. Les enfants peuvent les faire ensemble et cela peut représenter une des premières approches collectives chez les petits.

L’enfant est émerveillé de voir et d’entendre en même temps. L’adulte doit s’investir complètement. Ces jeux de doigts, jeux de mains, sont des jeux vocaux très intéressants où l’on rit, on pleure, on crie, on chuchote, comme dans un petit conte, une pièce de théâtre ou une chanson. La voix parlée ou chantée fait surgir des images, intervenir des membres de la famille, ou des animaux bien connus de l’enfant.

Perfectionner la motricité fine

Plus techniquement, ils aident l’enfant à éduquer sa main. L’image mentale de son bras et de sa main s’élabore lentement et se modifie sans cesse. L’indépendance segmentaire n’est pas réalisée. À 2 ans et demi, l’enfant ne peut ni plier ni déplier un seul doigt à la fois, ce que nous nommons parfois maladresse.

“La maladresse à l’école est non seulement un fait mais un droit.”

On pourra proposer à l’enfant des situations ludiques, lui permettant d’établir des relations de plus en plus précises entre ce qui est visualisé et ce qu’il ressent.

Jouer avec le temps et l’espace

Les jeux de doigts offrent aussi le plaisir de jouer avec le temps et l’espace. L’espace où l’on joue sur le corps avec des repères : doigts, paume, joue, menton, cou… Et le temps que dure ce petit jeu avec ses différentes étapes (“la petite bête qui monte qui monte…“).

Avec les jeux de doigts, on peut aussi jouer avec le langage. Ils sont l’occasion d’entendre des mots qui sont répétés, des formes interrogatives et négatives, des verbes à tous les modes, un vocabulaire vaste. Ils permettent d’articuler, de répéter des sens rythmés et même de mémoriser un enchaînement.

Les bienfaits de la musique

Et puis, de jour en jour, s’installe un début de mémoire musicale. D’ailleurs, il est important de rappeler à quel point la musique possède des vertus indéniables. En effet, elle oblige à rester concentré dans l’instant présent, soit par son écoute, soit par sa pratique. Il est également avéré que les comptines et les chansons aident l’enfant à développer son langage, ses capacités d’attention, sa mémoire et son sens rythmique. Cela s’explique notamment par l’importance du plaisir que procure la musique aux enfants à un âge où le moteur des apprentissages est encore en jeu.

Un patrimoine à conserver

Ces jeux de doigts sont aussi garants d’une certaine tradition, d’un patrimoine à conserver et à transmettre.

À nous d’utiliser ces jeux le mieux possible. Car de ces moments, naîtront des situations riches pour les acquisitions et le bien-être des enfants !