Pareil, pas pareil !

C’est le thème de la Semaine Nationale de la Petite enfance qui nous a inspiré cet article. Source de nombreux jeux d’éveil, ce sujet correspond à de nombreux apprentissages à partir de 18 mois, mais il est aussi moteur de la construction de soi et de son rapport aux autres… Tout un programme !

Percevoir les différences, c’est grandir

Chaque jour dans leur quotidien, les enfants sont confrontés à un univers, à des objets, qu’ils ne comprennent pas. Tout naturellement, ces mystères les attirent et deviennent un formidable terrain de découvertes (mais aussi de dangers). En crèche, comme à la maison, l’apprentissage des différences est une source inépuisable de jeux d’éveil. Par exemple avec un bac sensoriel pour tester les textures pareilles et pas pareilles. En jouant avec les sons ou avec les formes grâce à des jeux de manipulation. C’est étonnant de voir la concentration des tout-petits face à ces découvertes qui développent leur sens de l’observation et leur logique.

Plus de vocabulaire pour plus d’émotions

Vous aussi, tout au long des occupations et des événements de la journée, vous pouvez expliquer les différences entre le matin et le soir, le chaud et le froid, le grand et le petit, le lourd et le léger… De nombreux livres jeunesse exploitent d’ailleurs de façon ludique l’apprentissage de ces contraires et enrichissent le vocabulaire des enfants pour verbaliser leurs sensations. Vers 3 ou 4 ans, les enfants gagnent en maturité et sont aussi en mesure de faire des différences plus conceptuelles entre ce qui est bon et mauvais, permis ou interdit, important ou pas important… Souvent, à la crèche, on formalise ces notions avec des codes de couleurs (vert ou rouge) ou des smileys (content, pas content) qui prennent une réelle valeur aux yeux des enfants.

L’ouverture d’esprit et la socialisation

Cette succession d’apprentissages fait grandir nos enfants. Petit à petit, ils deviennent capables d’analyse, de verbalisation, de contrôle… autant de compétences indispensables au bien vivre ensemble. Petit à petit, ils vont aussi développer leur sens de la nuance, en remarquant « ce qui est comme… mais pas tout à fait ». D’ailleurs où peut-on mieux percevoir ces nuances que chez ses petits copains de crèche ? L’étape de la socialisation nous prépare à passer notre vie avec d’autres qui nous ressemblent, sans être tout à fait nous ! Ainsi, une pédagogie égalitaire, comme celle qui est pratiquée dans les crèches Léa et Léo et un patient apprentissage de ce qui est pareil/pas pareil transmettent aux enfants beaucoup d’ouverture d’esprit et d’envie de découvrir l’autre avec bienveillance.