fbpx
Actualités
Accompagner l’acquisition de la marche

Accompagner l’acquisition de la marche

L’acquisition de la marche chez les enfants se fait en plusieurs étapes motrices que chacun s’appropriera à son rythme : plat dos, dos/ventre, plat ventre, quatre pattes, position assise, position debout stationnaire, premiers pas en se tenant, premiers pas en se lâchant, marche assurée, etc…
Cette grande étape dans le développement moteur intervient en général entre 9 et 18 mois.

Dans un premier temps le dos et les avant-bras de l’enfant doivent se muscler afin de supporter le poids de son corps. L’étape suivante sera de trouver son point d’équilibre afin de prendre confiance en lui et se lancer !

Pour accompagner les enfants plusieurs options s’offrent à nous.

La posture de l'accompagnant

Moins l’adulte intervient, plus l’enfant pourra prendre confiance en ses capacités à faire « seul ».

Bien sûr l’adulte n’est pas inutile ! Au contraire, l’enfant a besoin de soutien. Le renforcement positif est un bon moyen de rassurer l’enfant et de lui montrer que nous sommes attentifs à ses évolutions : «Tu fais de gros efforts», «Tu peux être fière de toi», «Maintenant tu arrives à te déplacer», etc…

N’hésitons pas à nous mettre à sa hauteur, à nous allonger près de lui/elle pour lui montrer que nous sommes là pour l’accompagner. Et pourquoi pas, montrer comment se rouler, se relever. Nous ne serons jamais ridicules dans les yeux d’un enfant.

Il/elle a aussi besoin d’un regard attentif afin de pouvoir aménager un environnement approprié à ses apprentissages.

L'environnement préparé

Même si de nombreux accessoires de puériculture semblent être des aides à la marche pour les tous petits, ils peuvent s’avérer plus contraignants.

Les trotteurs peuvent amener un manque de perception de l’espace et donc de nombreuses chutes une fois la marche acquise. Car l’enfant n’y trouve pas seul son point d’équilibre. Il n’y apprend pas non plus à lever la jambe pour éviter les obstacles sur son chemin (attention aux escaliers). Autre problème, l’enfant laisse tout son poids sur ses jambes qui ne sont pas encore assez musclées. Ces dernières pourraient donc restées plus ou moins arquées et nécessiter un accompagnement plus tard.

Les chariots à pousser sont à préconiser plutôt quand l’enfant aura acquis la marche assurée car il est plus difficile de pousser un objet lorsque l’on n’ a pas trouvé l’équilibre.

Comme dit précédemment, le plus efficace est d’intervenir le moins possible : simplement laisser l’enfant explorer l’environnement à son rythme. Il se saisira en temps voulu de la table, du canapé ou d’une petite barrière pour se hisser debout.

Motricité et tenue vestimentaire

Et une fois debout, chaussures ou pas chaussures ?

L’enfant est un être sensoriel qui a besoin de ressentir pour découvrir le monde. Et la plante des pieds est un capteur sensoriel très important. L’enfant pieds nus pourra sentir les différences de texture, de température, de rigidité. Cela lui permettra également de muscler ses pieds.

Pour l’hiver, les chaussons-chaussettes sont un allié de choix ! On peut également envisager des chaussons ou chaussures très souples avec semelles en cuir ou en caoutchouc fin.

Une tenue souple et confortable permettra également à l’enfant de se sentir à l’aise dans ses mouvements et ainsi l’incitera à se mouvoir.

Quelques références

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur la motricité fine. Nous vous invitons à consulter notre l’article : https://www.leaetleo.com/motricite-libre-petit/

Vous pouvez également trouver un podcast à ce sujet par Papatriarcat : https://podcasts-francais.fr/podcast/papatriarcat/focus-2-la-motricite-libre-avec-virginie-de-bougri

Ou encore le livre de Michel Forestier : De la naissance aux premiers pas.

Auteur: Anthéa Levieils, Directrice Adjointe, Crèche Léa et Léo Le Jardin Enchanté