fbpx
Actualités
Comment apprendre à votre enfant à être gentil (mais pas trop)

Comment apprendre à votre enfant à être gentil (mais pas trop)

A l’occasion de la Journée de la Gentillesse, nous vous invitons aujourd’hui à découvrir quelques conseils pour apprendre à votre enfant à être poli et généreux ! Souvent considéré comme une faiblesse de caractère ou une preuve de naïveté, la gentillesse est pourtant une des plus belles valeurs à transmettre à vos enfants. Et pour cause, elle sait adoucir le quotidien de celui qui en bénéficie tout en coûtant si peu au vu du bien que l’on en retire. La gentillesse est un état d’esprit positif qui fait de nous une meilleure personne. C’est l’altruisme, la bienveillance, la patience, la générosité, la sincérité et l’empathie. Mais aussi et surtout, la promesse d’un savoir vivre ensemble.

La gentillesse, ça s’apprend !

On ne naît pas gentil, on le devient ! Et puisque nos enfants agissent par mimétisme, il est important de savoir montrer l’exemple avec sincérité dans la vie de tous les jours. Car un enfant remarquera toujours s’il y a un décalage entre le discours que l’on tient auprès de lui et nos actes. Par conséquent, il ne faut s’attendre à ce que votre enfant se montre gentil avec votre belle mère si vous allez lui rendre visite à reculons. Il doit sentir que vous adoptez cette attitude par choix et que la gentillesse vous procure du plaisir, ainsi qu’aux personnes à qui vous vous adressez.

Communiquer sans le forcer

On ne contraint pas un enfant à être gentil. On doit plutôt lui expliquer quelles sont les raisons pour lesquelles il lui serait profitable d’être gentil. Comme par exemple de meilleures relations avec les autres ! Ainsi, cette idée lui permettra de réfléchir par lui-même à cette valeur. Et de l’adopter par choix et non parce qu’on lui demande de le faire.
Transmettre la vraie gentillesse, c’est aussi lui laisser le choix de ne pas l’être ! Il n’y a pas de raison de forcer son enfant à jouer avec un autre enfant qu’il déteste. Sans liberté, la gentillesse n’est pas sincère et se termine bien souvent par des actes de rébellion. Pour lui faire comprendre l’importance de l’altruisme et le convaincre d’y adhérer, il ne faut pas hésiter à faire appel à son raisonnement. Notamment en l’incitant à réfléchir aux conséquences de ses actes. « Elle pleure parce que tu lui as pris son doudou. Comment aurais-tu réagi à sa place ?« .
Il ne faut pas non plus oublier que jusqu’à 5 ans au moins, un enfant n’est pas encore socialisé et qu’il a besoin ensuite de se recentrer sur lui-même pour mieux s’ouvrir aux autres. C’est donc l’occasion de l’inscrire à une activité collective. Ou de l’inciter à aider son petit frère afin qu’il comprenne à quel point le partage peut être une source de plaisir gratifiante !

Lui apprendre à accepter les autres

Savoir bien vivre avec les autres suppose d’avoir une bonne estime de soi. C’est pour cette raison qu’il est primordial de rassurer son enfant pour qu’il comprenne bien qu’il n’est en compétition avec personne. Pour ne pas considérer les autres comme des menaces potentielles, un enfant a besoin de sentir qu’on lui porte de l’affection et de l’intérêt.

Être gentil mais pas trop !

Nombreux sont les enfants trop gentils et trop timides qui ne savent pas s’affirmer et dont on abuse souvent de leur gentillesse. Cette douceur associée à une peur de déplaire pourra jouer des tours aux enfants concernés dans leurs relations futures. En tant que parents, il est important d’apprendre à vos enfants des techniques d’affirmation de soi. L’idée étant d’apprendre à se faire respecter, tout en respectant les autres. L’affirmation de soi, c’est l’équilibre entre deux attitudes extrêmes suivantes :

  • la passivité : respecter les autres au point de négliger le respect de soi
  • l’agressivité : se faire respecter, au détriment du respect des autres

Pour ce faire, on peut par exemple procéder à des jeux de rôles avec son enfant. Des jeux dans lesquels on incarnerait l’enfant qui se met en colère ou en désaccord avec notre propre enfant. Au préalable, on lui apprend à refuser poliment une demande qui n’est pas raisonnable, à affirmer une opinion… Tout en adoptant des postures traduisant une confiance en soi (regarder droit dans les yeux son interlocuteur par exemple).
Ce jeu de rôle doit se conclure par un encouragement de notre enfant à commenter ce qu’il s’est passé, à expliquer comment il s’est senti avant de recommencer.
Vous l’avez donc compris, on peut apprendre à son enfant à être gentil sans se faire marcher sur les pieds ! Afin de favoriser le vivre-ensemble, il est primordial d’aider les enfants à accepter les autres dans leur entièreté. Avec leurs défauts et leurs qualités !